Tag Archives: Public Affairs

ByCharline Desmecht

Public Affairs pendant la formation des gouvernements

La Communauté germanophone a réussi à former un gouvernement 2 jours après les élections, avec un renouvellement de la coalition précédente.

Pour la Région de Bruxelles-Capitale, il a fallu 52 jours pour définir à 6 partis, un parcours pour les 5 prochaines années et choisir 8 membres du gouvernement – 5 francophones, 3 néerlandophones. Dans un même mouvement, un accord a été trouvé pour les instances exécutives des Commissions Communautaire française, flamande et commune. Les socialistes et les écolos ont chacun leur homologue néerlandophone à bord, et sont accompagnés de l’OpenVLD et de Défi.  Cette légère asymétrie n’étonne plus personne à Bruxelles. D’abord, les groupes linguistiques se sont penchés séparément sur la question de savoir avec qui ils allaient former leur partie du gouvernement, et ensuite, ils ont entamé les négociations tous ensemble. Une tentative de prendre in extremis le MR à bord, soutenue depuis l’extérieur de la Région, n’a pas été couronnée de succès : à Bruxelles, on règle d’abord ses comptes entre bruxellois, et 30 ans après la création de la Région, c’est un signe clair de maturité.

Ce fut ensuite au tour de la Région wallonne et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, 106 jours après les élections, de présenter fièrement un accord de coalition et un gouvernement. Les parlements se chevauchent (à l’exception des Bruxellois francophones qui ne siègent pas au Parlement wallon), mais les gouvernements sont totalement séparés : 2 Ministres-Présidents donc, et un gouvernement de respectivement 8 et 5 ministres. L’échec de la tentative de former un gouvernement « coquelicot » minoritaire avec l’aide de la société civile a fait en sorte que les véritables négociations n’ont vraiment commencé qu’au début du mois de juillet. A l’arrivée, la date limite du début de l’année parlementaire a été loupée de justesse, mais l’accord a été conclu pile à temps pour les fêtes de Wallonie qui débutaient le 14 septembre !

Le dernier accord de coalition conclu à ce jour est celui du gouvernement flamand, 127 jours après les élections. En fin de compte, la coalition précédente a été maintenue, mais l’équilibre entre les partis et les visages de ceux ayant remporté les portefeuilles ministériels ont connu d’importants changements, tout comme les priorités de fond. Le parcours de cette formation gouvernementale a été beaucoup plus délicat que dans les autres entités fédérées, grâce au souffle chaud du Vlaams Belang et aux diverses stratégies de négociation et de positionnement qui en ont découlé. Une fois la dernière ligne droite entamée, les partis autour de la table ont encore mis plus de deux semaines avant de franchir la ligne d’arrivée, ce qui reflète assez bien les nombreuses tensions entre eux, mais aussi au sein des partis eux-mêmes. Il y a également eu le sentiment que le travail n’était pas complètement terminé, parce que l’opposition a immédiatement exigé les tableaux budgétaires lors de la déclaration de gouvernement.

Et qu’en est-il au niveau fédéral ? Prenez tous les ingrédients qui ont donné lieu à de la complexité pour les entités fédérées, secouez bien, assaisonnez d’élections imminentes à la présidence de plusieurs partis, versez doucement le souvenir du record de 18 mois d’affaires  courantes en 2010-2011, ajoutez le “traumatisme” d’un gouvernement sans majorité dans le groupe linguistique néerlandophone, et réchauffez le tout avec des déclarations sur Twitter, dans les journaux et dans les émissions de télévision. Ensuite, attendez patiemment le résultat.

En tant que professionnels en Public Affairs, pouvons-nous nous asseoir et nous détendre pendant ce temps ? Bien sûr que non. Avec un peu de nostalgie, on peut même repenser à la plus longue formation de gouvernement jamais vue (541 jours), lorsqu’un tout nouveau terrain de jeu s’est ouvert : un parlement particulièrement “activiste”, qui a alors mis en branle une dynamique sans précédent – tant pour les politiciens que pour les lobbyistes. Ne pas avoir à tenir compte d’accords de coalition pour alterner les majorités : le feu d’artifice fut sans précédent.

Pendant la formation d’un gouvernement, peu importe la durée, les Public Affairs demeurent un art en soi. Il s’agit de rester en contact à la fois avec les négociateurs, mais aussi avec l’équipe qui s’occupe des affaires courantes. En ce qui concerne ce dernier point, l’approche pragmatique des affaires courantes semble – à juste titre – se confirmer : des initiatives gouvernementales totalement nouvelles sont clairement inacceptables, mais il existe des contraintes budgétaires et tout ce qui passe par le Parlement peut aller de l’avant puisque dans ce cas, le contrôle démocratique est garanti. Et en ce qui concerne les négociations, il est très important de rester à l’affût : une phrase magique dans un accord de coalition peut avoir une grande importance pour les résultats qui seront recherchés pendant la législature. Enfin, le climat de formation du gouvernement en dit long sur l’atmosphère qui finira par prévaloir au sein du gouvernement. Cette période de transition est donc un contexte avec d’autant plus de challenges pour comprendre et aborder ce qui est en jeu. Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour être à la hauteur.

ByAmédée de Radzitzky

De verkiezingen: wat nu?

In de nasleep van de verkiezingen is het wellicht nog nooit zo moeilijk geweest om de samenstelling van de volgende federale regering te voorspellen. Op regionaal (en gemeenschaps)vlak is de situatie iets duidelijker maar ook hier is er geen zekerheid. De context waarin organisaties moeten opereren blijft alleszins vaag en onbeslist. Onder deze omstandigheden is het dan ook moeilijk om een dialoog met beleidsmakers voor te bereiden en aan te gaan. Toch kan men zich nu al prima voorbereiden op de discussies over het regeerakkoord.

In deze fase moeten we het onderscheid maken tussen het regionaal en het federaal niveau, zelfs al is de formatieprocedure niet fundamenteel verschillend.

Gezien de relatief duidelijke resultaten op regionaal vlak zullen de consultaties er meteen van start kunnen gaan en kunnen de gesprekken redelijk snel tot nieuwe regeringen leiden. Het is a priori de grootste partij die daarbij het initiatief neemt om de onderhandelingen op te starten. Zo hebben N-VA en PS al het initiatief genomen om de eerste consultaties te starten voor respectievelijk de vorming van een Vlaamse, Waalse en Brusselse regering.

Op federaal niveau is er een grotere procedurele omkadering. De Koning zal de partijvoorzitters formeel consulteren, waarna hij een “informateur” zal aanstellen. Die laatste moet proberen raakpunten te zoeken tussen de verschillende politieke partijen vooraleer de onderhandelingen kunnen worden opgestart door de “formateur”.

Eens de onderhandelingen zijn begonnen, of het nu op federaal niveau of op een ander niveau is, blijft de procedure hetzelfde. Er is geen formeel kader, maar de regeringsonderhandelingen volgen doorgaans hetzelfde patroon. De partijen hebben zich hier dan ook van tevoren op voorbereid. Het is dus in het belang van bedrijven en andere belanghebbenden om hetzelfde te doen. Hiervoor is een grondig begrip van wat er gebeurt binnen de muren van het Kasteel Hertoginnendal voor de federale onderhandelingen, of rond eender welke andere onderhandelingstafel, cruciaal.

Ten eerste is het belangrijk te weten dat de regeerakkoorden mettertijd steeds omvangrijker zijn geworden. Vandaag de dag omvatten die akkoorden al snel honderden pagina’s. De afspraken binnen die akkoorden worden ook steeds gedetailleerder zodat het kader waarbinnen de toekomstige regering zal opereren zo duidelijk mogelijk is. Op die manier proberen de partijen elk misverstand, en dus elke crisis, tijdens de legislatuur te beperken. Doorgaans is de regel dat alles wat niet in het regeerakkoord staat, niet bindend is voor de coalitiepartijen en dat nieuwe beleidspunten opnieuw onderworpen moeten worden aan onderhandelingen.

Wanneer de partijen uiteindelijk rond de tafel gaan zitten om te onderhandelen over een regeerakkoord, stellen ze een onderhandelingsploeg aan. Normaal gezien is het de formateur die de onderhandelingen voorzit en een consensus moet bemiddelen. De persoon die de taak van formateur op zich neemt wordt a priori ook de Eerste Minister of Minister-President. Aan de onderhandelingstafel zullen voor elke partij de voorzitter en een ander partijkopstuk zitten, afhankelijk van het besproken thema. Die laatsten zijn doorgaans de personen die uiteindelijk het ambt van minister zullen toegewezen krijgen. Omdat de besprekingen soms zeer technisch kunnen zijn, is er ook op de achtergrond nog een team aanwezig dat de onderhandelaars bijstaat. Dat zijn gewoonlijk de directeur van het studiecentrum van de partij en één of meerdere adviseurs die gespecialiseerd zijn in het onderwerp dat op tafel ligt. Als we ervoor willen zorgen dat er tijdens de onderhandelingen een specifiek topic wordt behandeld, en dat de besprekingen hierover in de goede richting gaan, dan is het natuurlijk van belang om te weten wie er precies aan tafel zal zitten en om ervoor te zorgen dat die personen zich bewust zijn van uw standpunt.

De verschillende memoranda zullen de partijen al geholpen hebben om hun programma’s te formuleren en zich te positioneren in het licht van de verkiezingen. Tijdens de onderhandelingen zullen de partijen eerder documenten nodig hebben die praktisch en kernachtig zijn. Het is daarom beter om korte en eenvoudige documenten, zoals informatiefiches, op te stellen die als inspiratiebron kunnen dienen.

Tot slot moet we ook in gedachten houden dat de aftredende regering op post blijft in “lopende zaken” en dus ook beslissingen blijft nemen totdat er een nieuwe regering wordt aangesteld.

ByAmédée de Radzitzky

Les élections, et puis quoi ?

Au lendemain d’une élection, il n’a peut-être jamais été aussi difficile qu’aujourd’hui de deviner la composition du prochain gouvernement fédéral. Au niveau régional et communautaire, la situation est un peu plus claire, mais sans certitude pour autant. Le contexte dans lequel les organisations doivent opérer demeure flou et incertain. Il est donc difficile dans ces conditions de se préparer et de d’entamer un dialogue avec les responsables politiques. Néanmoins, il est tout de même possible d’anticiper certaines choses et de bien se préparer en vue des discussions d’accord de gouvernement.

A ce stade, il faut faire une distinction entre le niveau régional et communautaire, et le niveau fédéral, même si le processus de formation de gouvernement n’est fondamentalement pas si différent.

En effet, étant donné les résultats relativement clairs au niveau régional et communautaire, les négociations de coalitions vont pouvoir commencer directement et devraient résulter en de nouveaux gouvernements assez rapidement. C’est le plus grand parti qui est à priori à l’initiative pour débuter les négociations. D’ailleurs, le PS a déjà pris l’initiative d’entamer les premières consultations pour la formation des gouvernements bruxellois et wallon, tout comme la N-VA pour le gouvernement flamand.

Au niveau fédéral, le processus est dans un premier temps plus encadré. Le Roi va formellement consulter les présidents de partis avant de nommer un « informateur ». Ce dernier va essayer de trouver des convergences au sein des groupes politiques afin que des négociations puissent être lancées par le « formateur ».

Une fois que les négociations ont commencé, que ça soit au niveau fédéral ou à un autre niveau, le processus est le même. Il n’y a pas de cadre formel, mais les négociations gouvernementales suivent généralement une même structure, et les partis s’y sont préparés en amont. Il est donc dans l’intérêt des entreprises et autres parties prenantes d’en faire tout autant. Pour cela, il est important de bien comprendre ce qu’il se passe au sein des murs du Château de Val-Duchesse pour les négociations au niveau fédéral, ou autour de toute autre table de négociation.

Tout d’abord, il faut savoir que les accords de gouvernements deviennent, au fur et à mesure du temps, de plus en plus précis. Ils atteignent désormais facilement plusieurs centaines de pages. Ces accords deviennent de plus en plus détaillés afin que le cadre dans lequel le futur gouvernement opèrera soit le plus clair possible. De cette manière, on essaye de limiter tout quiproquo, et donc crise, durant la législature. La règle est que tout ce qui ne se trouve pas dans l’accord de gouvernement ne lie en rien les partis de la coalition et doit faire l’objet de nouvelles négociations pour être traité.

Lorsque les partis se mettent autour de la table pour négocier un accord de gouvernement, ils mettent en place une équipe de négociation. Habituellement le formateur préside les discussions et a pour rôle de faciliter le consensus. La personne endossant le rôle de formateur est à priori destinée à devenir le prochain Premier Ministre ou Ministre-Président. A la table des négociations seront assis pour chaque parti son président et l’une ou l’autre personnalité forte du parti en fonction de la thématique discutée. Ces derniers sont généralement les personnes ministrables. Les discussions pouvant être quelquefois très techniques, une équipe en retrait est présente dans la pièce pour soutenir les négociateurs. De manière générale, on retrouve le directeur du centre d’étude du parti, ainsi qu’un ou plusieurs conseillers spécialisés dans la thématique discutée. Si on veut être sûr qu’un point soit réglé lors des négociations, et surtout qu’il prenne la bonne direction, il est alors important de bien savoir quelles seront ces personnes autour de la table et de s’assurer que ces derniers aient connaissance de votre point de vue.

Les mémorandums auront déjà aidé les partis à formuler leurs programmes et à se positionner en vue des élections. Lors des négociations, les partis auront cette fois besoin de documents plus facile à l’usage et dans lesquels ils ne se perdent pas. Il vaut mieux donc leur préparer des documents courts et allant droit au but, tels que des fiches, qu’ils pourront utiliser directement comme source d’inspiration.

Enfin, il ne faut pas non plus oublier que, tant qu’un nouveau gouvernement ne s’est pas formé, le gouvernement sortant reste en place en « affaires courantes » et continue à prendre des décisions.

1