Public Affairs

ByJoran Lauwers

SMS-bombardement – of hoe een bom leggen onder impactvolle lobbying

Politieke uitschuiver van Minister Schauvliege of niet… In het kader van een guerillacampagne een minister dagenlang langs alle mogelijke kanalen bestoken met duizenden – vaak niet al te flatterende – berichten van kwade burgers, het stemt tot nadenken. Noem het activisme, noem het cyberbullying of noem het, met een hip woord, ‘doxing’. Maar het valt in ieder geval niet onder de noemer professionele lobbying (of ‘Public Affairs’).

De cocktail van oprukkende sociale media en een traditioneel erg toegankelijke Belgische politieke cultuur zorgen ervoor dat belangengroepen, NGO’s en bedrijven over een breed speelveld beschikken om op het beleid te wegen.  Sommige politici maken zelfs heel actief reclame voor hun persoonlijk nummer, als blijk van hun toegankelijkheid voor de burger. Wie herinnert zich nog de ‘Allo Flahaut’ campagne? Ook in andere landen blijkt het ‘call your MP’ principe een courante techniek te zijn.

Impact hebben op het beleid: het lijkt dus makkelijker dan ooit. Toch blijven er een aantal spelregels gelden, om ervoor te zorgen dat het ook iets oplevert. Laten we even een paar basisprincipes van Public Affairs in herinnering brengen:

  • Bespeel de juiste kanalen. Een minister aanspreken is in België niet zo moeilijk. Toch is het steeds belangrijk om een boodschap de juiste richting uit te sturen. Rechtstreekse telefoontjes en SMS-berichtjes zijn daarbij allesbehalve ‘the way to go’. Identificeer liever de juiste beleidsmedewerker en bouw langs die weg een duurzaam contact op.
  • Quality over quantity. Het is voor een minister onmogelijk om met iedereen in dialoog te gaan bij een stortvloed aan individuele berichten. Een ‘sms-bombardement’ heeft hoe dan ook gevolgen voor het privéleven van de persoon in kwestie waarmee je veel afbreekt en weinig opbouwt. Investeer liever in een inhoudelijk overtuigende boodschap met duidelijke aanknopingspunten en oplossingen voor het beleid.
  • Speel op de bal, niet op de man/vrouw. Persoonlijke aanvallen zijn volledig uit den boze. Een minister, en bij uitbreiding alle politici, zijn natuurlijk ook mensen met gevoelens. Respect en empathie zijn belangrijk wanneer je een boodschap wil overbrengen, ook al verschil je van mening. Een van de belangrijkste regels van de Public Affairs professional: wees ten allen tijde professioneel.
  • Wees constructief. Wanneer je een bepaalde problematiek onder het licht brengt, zorg er dan voor dat je gegronde argumenten aanreikt en daar ook meteen een oplossing aan verbindt. Politici hebben niet altijd alle antwoorden klaarliggen en staan open voor feedback of suggesties. Toon begrip voor de positie van een politicus en werk naar aanknopingspunten toe. Public Affairs is een win-win verhaal.  

De essentie van deze zaak: verval niet in het gemak van massale kritiek. Onze politici zijn gepassioneerde mensen met een eigen visie en overtuiging. Hen beïnvloeden is ‘part of the game’ – zolang het maar op een ethische, deontologische en professionele manier gebeurt.

Joran Lauwers – Associate Consultant

ByPhilip Naert

The municipal elections are behind us. What now? Here are 5 tips for PA professionals

It has already been a week since the municipal elections took place, but their effects are still rumbling on. Local coalitions have been formed, apart from a number of big cities in which such matters traditionally take a little longer. In any case, a content-based phase, during which the new municipal coalitions are writing their governance programme for the coming six years, is now starting.

At the national party headquarters, the focus is already on the federal, regional and European elections of May 2019. The trends in the local elections can give us an idea of what to expect next year. In Flanders, right-wing parties can be expected to consolidate their position. The N-VA, CD&V and Open Vld are well positioned to campaign for the national elections. In addition, the breakthrough of Groen should of course be noted, and it’s a factor that must be taken into account in the future.

In Brussels and Wallonia, the political landscape seems to be evolving ever more towards a dominant left-wing political landscape with the PS, Ecolo and PTB as the leading parties. The MR appears to be suffering from its participation in the federal government, and the humanists of cdH are losing ground as well.

If these trends are confirmed in the federal and regional elections of May, the formation of a federal coalition may possibly turn out to be a political challenge, given that the Flemish and French-speaking political landscapes are more opposed than ever.

The question now is: how all this is going to impact your public affairs activities. Here are 5 tips to help you:

  1. If you want to address certain issues related to large municipalities, it is preferable to get in touch with the local negotiating teams now in order to suggest concrete policy measures.
  2. With a few exceptions, the national party secretariats have already made quite good progress in drafting their election programmes for next year. Therefore, be sure not to wait any longer to contact study centres with inspiring and clearly explained ideas and proposals.
  3. It is important not to target only majority parties. It is obvious that the green parties deserve special attention, as well as the PS in French-speaking Belgium.
  4. For each party, also identify a number of leading voices in Parliament. In the case of a government formation dragging on, they can play an important role in shaping dossiers through Parliament.
  5. Finally, now is the time to gradually map out who could be part of the negotiating teams during the federal and regional governmental negotiations of next year. This is mostly a mix of cabinet employees, experts from study centres and specialised Members of Parliament.
ByPhilip Naert

Gemeenteraadsverkiezingen achter de rug. Wat nu gedaan? 5 tips voor de PA-professional

De gemeenteraadsverkiezingen liggen alweer een week achter ons, maar zinderen nog na. Lokale coalities zijn gesmeed, buiten een aantal grote steden waar dit traditioneel meer tijd vraagt. Sowieso start nu een inhoudelijke fase waarbij de nieuwe bestuursmeerderheden een bestuursprogramma schrijven voor de komende 6 jaar.

In de nationale partijhoofdkwartieren is de blik reeds gericht op de federale, regionale en Europese verkiezingen van mei 2019. De tendensen van de lokale verkiezingen kunnen ons iets leren over wat ons te wachten staat volgend jaar. In Vlaanderen kan je stellen dat de rechtse partijen consolideren. N-VA, CD&V en Open Vld zijn goed gepositioneerd om de campagne voor de nationale verkiezingen te starten. Daarnaast is natuurlijk de groei van Groen te noteren. Een factor waarmee rekening moet gehouden worden.

In Brussel en Wallonië lijkt het politieke landschap meer en meer te evolueren naar een dominant links politiek landschap met PS, Ecolo en PTB als leidende partijen. MR lijkt te lijden onder haar deelname aan de federale regering en ook de humanisten van cdH verliezen terrein.

Als dezelfde trends worden bevestigd bij de federale en regionale verkiezingen van mei, dan wordt de federale coalitievorming mogelijks een politieke beproeving, aangezien de politieke landschappen aan Vlaamse en Franstalige zijde meer dan ooit tegengesteld zijn.

De vraag is hoe dit alles uw public affairs activiteiten beïnvloedt. Hierbij alvast 5 tips.

  1. Indien u bepaalde onderwerpen van grootstedelijk belang wil aankaarten, dan treedt u best nu in contact met de lokale onderhandelingsteams om concrete beleidsmaatregelen te suggereren.
  2. De nationale partijsecretariaten zijn al naar gelang het geval vrij goed opgeschoten met het uitschrijven van hun verkiezingsprogramma’s voor volgend jaar. Wacht dus zeker niet langer om de studiediensten te zien met inspirerende en helder uitgelegde ideeën en voorstellen.
  3. Hierbij is het van belang om niet enkel de huidige meerderheidspartijen te beogen. Het moge duidelijk zijn dat de groene partijen bijzondere aandacht verdienen, naast in Franstalig België de PS.
  4. Identificeer per partij ook een aantal sterkhouders in het parlement. Bij een lang aanslepende regeringsvorming kunnen zij mogelijks een belangrijke rol spelen om via het parlement dossiers vorm te geven.
  5. Tot slot kan nu ook stilaan in kaart gebracht worden wie deel zou kunnen uitmaken van de onderhandelingsteams van de federale en regionale regeringsonderhandelingen van volgend jaar. Dit is meestal een mix van cabinettards, experten van de studiediensten en gespecialiseerde parlementsleden.
ByPhilip Naert

Regard sur les élections communales : Que faire maintenant ? 5 conseils pour les professionnels en affaires publiques

Cela fait déjà une semaine que les élections communales ont eu lieu mais elles sont encore dans tous les esprits. Les coalitions sont formées, sauf pour quelques grandes villes où traditionnellement elles mettent plus de temps à se mettre en place. Quoi qu’il en soit, une phase de fond s’amorce, au cours de laquelle les nouveaux conseils communaux vont rédiger leur programme pour les six prochaines années.

Aux sièges des principaux partis, tous les regards sont déjà tournés vers les élections fédérales, régionales et européennes de mai 2019. Les tendances des élections communales peuvent déjà nous apporter des enseignements sur les résultats à attendre l’année prochaine. En Flandre, on peut s’attendre à ce que les partis de droite consolident leur position. N-VA, CD&V et Open Vld se sont bien positionnés pour aborder la campagne des élections fédérales. En outre, il faut noter la percée de Groen, un facteur qu’il faudra prendre en compte à l’avenir.

A Bruxelles et en Wallonie, le paysage politique s’oriente de plus en plus vers la gauche avec des partis comme le PS, PTB et Ecolo qui prennent le pouvoir. Le MR, quant à lui, semble souffrir de sa participation au gouvernement fédéral, et les humanistes du CDH perdent également du terrain.

Si les tendances se confirment lors des élections fédérales et régionales en mai, la formation d’une coalition fédérale pourrait devenir un défi politique, vu les paysages politiques francophones et néerlandophones qui s’opposent plus que jamais.

La question est de savoir comment tout cela affecte vos activités en affaires publiques. Voici déjà 5 conseils.

  1. Si vous voulez aborder certaines questions liées aux grandes communes, il est préférable de contacter dès maintenant les équipes de négociation locales pour proposer des mesures politiques concrètes.
  2. Les secrétariats des partis ont déjà assez bien avancé, sauf exception, dans la rédaction de leurs programmes électoraux pour l’année prochaine. Ne perdez plus une seconde pour rencontrer les centres d’étude avec des propositions innovantes et clairement expliquées.
  3. Il est également important de ne pas penser qu’aux partis majoritaires. Il est clair que les partis écologistes méritent une attention particulière, en plus du PS en Belgique francophone.
  4. Identifiez par parti un certain nombre de figures au Parlement. Dans le cas d’une longue période de formation du gouvernement, ils peuvent jouer un rôle important dans l’élaboration des dossiers au Parlement.
  5. Enfin, il est peu à peu possible de déterminer qui pourrait faire partie des équipes de négociations pour la formation d’une coalition aux gouvernements fédéraux et régionaux l’année prochaine. Il s’agit généralement d’un mélange de cabinettards, d’experts des centres d’études et de parlementaires spécialisés.
ByOlivier Henry

Lobbyist: a legitimate profession!

Working for a couple of months now in a corporate affairs firm, I often find it difficult to explain what exactly this job entails without resorting to an English-language term that almost sounds like a dirty word: lobbyist. Quite honestly, the term is often associated with an obnoxious individual prepared to do anything to get what he or she wants. This, combined with my past as a federal member of parliament and my largely political social circle, means I am often seen as having switched allegiances and gone over to the dark side of the force.

But what is the reality of the situation? What exactly does a lobbyist do? Does the profession have its own specific ethics? Is lobbying a necessary evil?

Professional experience

As a result of a meeting in London and an overwhelming need for a change of scenery, I discovered the world of consulting, joining the Belgian Agency Whyte Corporate Affairs, a new environment that touches on the worlds of economics, media, institutions and politics.

However, it is difficult to explain exactly what my job involves. To keep things simple, I have gotten into the habit of telling people that I am in “communications” – so not the traditional type, but the business variety. This enables me to give a more French-language slant to the term “corporate affairs”, which remains a somewhat vague concept for any self-respecting French speaker.

However, if there is one thing that you should know about lobbyists it is that they use a particular language that is all too often anglicised. It is therefore not uncommon to hear in Flemish or French-speaking meetings sentences such as: “Following a reco for his CSR programme, we had to organise a dry run for an elevator pitch so that he could get to the point and explain the targets of the assignment to his management and determine the next steps to be put in place to achieve the turn the page required in a win-win context”. A tad confusing, isn’t it?

Beyond the idiomatic language barrier, how can the profession of consultant, generally, and that of lobbyist, in particular, be defined?

First of all, what is a consultant? It is someone who, given his or her past experience or area of activity, provides advices to his or her clients, formulates recommendations, draws up action plans, ensures they are implemented, etc.

What about a public affairs consultant, or lobbyist? Specialising in the public domain, these professionals champion the interests, and sometimes the reputation, of certain companies and organisations among political decision-makers of all stripes. It is a profession with no shortage of practitioners: a city like Brussels has between 20,000 and 30,000 lobbyists!

Whether or not they are active on the European institutions front, lobbyists are indeed tasked with championing the interests of their clients. In reality, what I do, first and foremost, is communicate, with the objective of helping my clients to clarify or provide additional perspectives to politicians and other stakeholders. A line we never cross is forcing them to compromise on their values and choices.

You need to understand the subtle difference between wanting to impose a particular point of view and enabling those you are dealing with to be properly informed so that they can, ultimately, make the best possible decision.

Perhaps because I have also been influenced by more than 10 years of experience in ministerial offices, today I regard each of my clients as a Minister for whom I am the principal private secretary, budget adviser, cabinet secretary, special advisor, etc. My role is to ensure that they have all necessary information at their disposal in order to be able to achieve their objectives and that everything runs smoothly. The work is both interesting and exciting!

A necessary “evil”?

Is it normal that companies and organisations are obliged to use intermediaries to make their voices heard? Is it necessary to cry wolf whenever lobbyists in suits and ties are spotted wandering the corridors of parliaments?

In my opinion, it is more important to ensure that our decision-makers are as best informed as possible in order to make the best decisions in the broadest possible interest. To do this, it is essential that they have heard all points of view before making their decision.

Lobbying does therefore serve a purpose and is a legitimate profession, provided that its primary objective is to genuinely enhance the knowledge of decision-makers and that it refrains from any form of undue influence. In this respect, the profession operates within a framework and has its own code of ethics. BEPACT (Belgian Public Affairs Community) has drawn up a code for its members based on the principles of transparency, integrity and respect.

Moreover, the Parliamentary Commission on Political Renewal also takes this approach. It has, in fact, provided that lobbyists who want to actively engage with members of parliament will be required to register with the Parliament and clearly state the interests that they are representing.

So, is lobbyist a dirty word? Or is it, in fact, a legitimate, fascinating profession that is crucial for communication between all stakeholders in an issue?

Olivier Henry
Senior Consultant

ByOlivier Henry

« Lobbyiste » : un métier à part entière !

Engagé depuis quelques mois dans une société de « corporate affairs », il m’est souvent très difficile d’expliquer en quoi consiste ce nouvel emploi sans devoir utiliser un anglicisme qui sonne presque comme un gros mot : « lobbyiste ». En effet, il est souvent associé à un odieux personnage prêt à tout pour arriver à ses fins. Ajouté à cela mon passé de parlementaire fédéral et mon entourage largement politique, il m’est souvent reproché d’être celui qui a retourné sa veste et qui est passé du côté obscur de la force.

Qu’en est-il vraiment ? Que fait exactement un lobbyiste ? Existe-t-il une éthique propre au métier ? Le lobbyisme est-il un mal nécessaire ?

Expérience personnelle

Suite à une rencontre à Londres et une grande envie de changer d’air, j’ai découvert le monde de la consultance en intégrant le cabinet belge Whyte Corporate Affairs, un nouvel environnement qui touche à la fois aux mondes économique, médiatique, institutionnel et politique.

Il est toutefois difficile d’expliquer en quoi consiste mon travail. J’ai pris l’habitude, pour faire simple, d’expliquer que je suis dans la communication, non pas traditionnelle, mais « d’affaires » me permettant de donner un sens français aux « corporate affairs » qui restent, pour tout francophone qui se respecte, un concept plutôt vague.

Or, s’il y a bien une chose qu’il faut savoir à propos du lobbyiste c’est qu’il s’exprime dans un langage spécifique et bien trop souvent anglicisé.

Il n’est pas ainsi rare d’entendre des phrases du genre : « A la suite d’une reco pour son programme CSR, on a dû organiser un dry run pour qu’il puisse, sur base d’un elevator pitch, aller to the point avec son management et leur faire comprendre les targets de la mission et les next steps à mettre en place pour réussir le turn the page nécessaire dans un cadre win-win ». De quoi en perdre son… latin, isn’t it?

Au-delà de la barrière idiomatique, comment définir le métier de consultant en général et de lobbyiste en particulier ?

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un consultant ? C’est quelqu’un qui, compte tenu de son expérience passée et son domaine d’activité, prodigue des conseils à ses clients, formule des recommandations, établit des plans d’actions, s’assure de leur mise en œuvre…

Et un consultant en « publics affairs » – ou lobbyiste – ? Spécialisé dans le domaine public, ce professionnel défend les intérêts, parfois la réputation, de certaines entreprises et organisations auprès des décideurs politiques de tous bords. Un métier loin d’être en pénurie : une ville comme Bruxelles compte entre 20.000 et 30.000 lobbyistes !

Qu’ils soient ou non actifs sur la scène des institutions européennes, les lobbyistes ont bien pour mission de défendre les intérêts de leurs clients. En réalité, je fais surtout et avant tout de la communication avec pour objectif d’aider mes clients à apporter un éclairage particulier ou supplémentaire aux hommes et femmes politiques et aux autres parties prenantes. Notre limite est de ne jamais les forcer à compromettre leurs valeurs et leurs choix.

Il faut en effet comprendre la nuance entre le fait de vouloir imposer un point de vue et celui de permettre à ses interlocuteurs d’être correctement informés pour pouvoir prendre, in fine, la meilleure décision possible.

Peut-être suis-je aussi influencé par une expérience de plus de 10 ans dans les cabinets ministériels, mais je considère aujourd’hui chacun de mes clients comme un ministre dont je serais à la fois le chef de cabinet, le conseiller budgétaire, le secrétaire de cabinet, le conseiller spécial… Ma mission est de m’assurer qu’ils disposent de toute l’information nécessaire pour pouvoir réaliser leurs objectifs et que tout se passe sans accroc. Un travail passionnant et excitant à la fois !

Un « mal » nécessaire ?

Est-il pour autant normal que les entreprises et les organisations doivent recourir à des intermédiaires pour pouvoir faire entendre leur voix ? Faut-il crier au loup lorsqu’on voit déambuler dans les couloirs des Parlements des lobbyistes en costume-cravate ?

À mon sens, il est plus fondamental de s’assurer que nos décideurs soient informés le mieux possible afin de prendre la meilleure décision et dans l’intérêt le plus général. Pour ce faire, il est primordial qu’ils aient entendu tous les points de vue avant de trancher.

Oui, le lobbying a donc sa raison d’être et est un métier à part entière, pour autant qu’il ait réellement pour vocation première d’enrichir les connaissances des décideurs et s’abstienne de toute forme d’influence illégitime. La profession est d’ailleurs encadrée et dotée d’un code de déontologie. BEPACT (Belgian Public affair community) a établi pour ses membres un code rédigé autour des principes de transparence, d’intégrité et de respect.

La commission parlementaire sur le renouveau politique va d’ailleurs dans ce sens. Elle a en effet prévu que les lobbyistes qui voudraient être actifs auprès des députés devront s’enregistrer auprès du Parlement et préciser clairement les intérêts qu’ils défendent.

Alors, « lobbyiste », un gros mot ? Ou bel et bien un métier à part entière, passionnant et essentiel à la communication entre toutes les parties prenantes d’un dossier ?

Olivier Henry
Senior Consultant

ByOlivier Henry

Opinion: Ils veulent tous être Macron!

Written by Olivier Henry, Senior Consultant, Whyte Corporate Affairs

Le séisme Macron est-il transposable en Belgique? On pourrait penser que le phénomène se limitera à la seule France, qu’une telle tornade n’est pas envisageable dans un pays comme le nôtre, que nous n’avons pas besoin d’un homme providentiel, que le modèle proportionnel nous protège d’un tel chamboulement, que les partis traditionnels existeront à jamais. Nous pouvons le penser mais en sommes-nous profondément convaincus?  Mais tout d’abord, c’est quoi exactement, ce phénomène Macron? Vous savez, cette comète qu’on regardait au loin, il y a plus d’un an et que personne, ou si peu de gens, ne voyait atterrir avec fracas sur la planète politique, renversant tout sur son passage en creusant ce que certains pourraient être tentés d’appeler, compte tenu du raz-de-marée législatif, une dictature éclairée.

Macron le conquérant

Petit rappel des faits. Un ministre se sentant trop à l’étroit dans un gouvernement où mener une réforme était encore plus difficile que de gagner un dixième titre à Roland-Garros pour Rafael Nadal.  Une vision très moderne de la société reposant sur la conviction que le clivage gauche-droite n’était plus le combat politique à mener. Une envie de transgression sans pareille d’un homme ayant connu le système de l’intérieur. Un mouvement En Marche! qui utilise les nouvelles technologies de réseautage tout en déployant une vraie politique de terrain délaissée par les partis traditionnels. Des meetings qui ressemblent plus à des concerts de rock où la star est prête à se casser la voix pour haranguer et motiver son public toujours plus nombreux, toujours plus séduit. Un second tour face au Front national et le risque assumé d’un débat télévisé qui aura permis de démontrer la vacuité du programme de Marine Le Pen. Une adversaire ne pouvant échapper aux coups de boutoir du puncheur Macron dont l’uppercut sur l’euro restera dans toutes les mémoires. Un soir de victoire immortalisé par cette photo de dos traversant les travées du Louvre pour aller rejoindre ses supporters.  Une descente des Champs Elysées en voiture militaire prédestinant une volonté jupitérienne de gérer la France. Un “troisième tour” législatif qui s’annonçait périlleux et qui permet finalement à La République en marche de se passer du Modem et d’obtenir une majorité absolue au Parlement.  Même si le président Macron est aujourd’hui confronté à la dure réalité de la gestion quotidienne d’un pays, son ascension fulgurante à la tête de la France restera comme une des plus belles conquêtes politiques de ces dernières décennies. Et la question peut donc être posée: un tel chamboulement est-il possible chez nous, dans la partie francophone du pays? L’avènement d’Emmanuel Macron et le triomphe de La République en marche suscitent évidemment des vocations au-delà des frontières de l’Hexagone. Quel homme politique ne se rêverait pas en homme providentiel, incarnant le renouveau politique tant attendu?

Les candidats au titre

Passons en revue les “candidats au titre”.  Benoît Lutgen pense certainement qu’avoir débranché la prise d’un gouvernement en plein exercice est suffisamment disruptif pour faire de lui le Macron wallon. Olivier Chastel pourrait également oser la comparaison en prétendant avoir contribué à enfin changer de paradigme politique en Région wallonne en excluant le Parti socialiste de la majorité où il siégeait de manière continue depuis plus de 30 ans.  Paul Magnette pourrait lui aussi prétendre à cette comparaison pour avoir voulu imposer en premier le décumul intégral au sein de son parti et surtout pour avoir choisi de se l’appliquer à luimême juste avant d’être déchu de son titre de ministre-président wallon.  Olivier Maingain pourrait-il remporter la mise? Il se joue actuellement de tous les pièges d’un changement de majorité bruxelloise et se permet de prendre la main dans une négociation qui n’en est pas une. Il va même jusqu’à proposer un nouveau programme de gouvernance qui a d’ores et déjà obtenu l’aval d’Ecolo/Groen et qui pourrait bientôt être soutenu par le PS bruxellois qui maintiendrait ainsi sa présence au gouvernement.  Conclusion? Difficile d’imaginer un de ces quatre protagonistes comme le digne représentant d’un renouveau politique alors qu’ils sont exposés sur tous les fronts médiatiques depuis au moins dix ou vingt ans! Mais que dire alors de ce Monsieur Hedebouw, Raoul, que personne ne connaissait voilà une paire d’années et dont le parti est aujourd’hui crédité dans un dernier sondage, pas tout à fait officiel, de plus de 25% des intentions de vote en Wallonie, laissant le Parti socialiste loin derrière à la troisième place. Hedebouw aussi a vu exploser sa cote de popularité et est désormais omniprésent dans les médias. Toutefois, il n’a pas démontré le charisme ou l’intelligence de Macron, et ses sorties populistes – et clivantes – font de lui une personnalité plus proche de Jean-Luc Mélenchon que de l’actuel Président. Et il devra rester attentif à la gestion de cet envol des intentions de vote: en France, les Insoumis n’ont pas réussi à transformer l’essai de leur succès à l’élection présidentielle.

Vers un nouveau paradigme?

Pourtant, en tout état de cause, une nouvelle offre politique pourrait parfaitement éclore en Wallonie et à Bruxelles. Les déceptions consécutives aux trop nombreuses révélations de ces derniers mois, même si elles ne touchaient finalement que quelques brebis galeuses, ont fortement affecté l’image et la perception du monde politique dans son ensemble. Nos citoyens, et tout particulièrement notre jeunesse, sont aujourd’hui en manque de fraîcheur, d’un nouveau courant emblématique, d’un personnage charismatique qui les dirigerait enfin clairement vers un nouveau futur, en attente d’une nouvelle pépite authentique haranguant les foules de propos enfin clairs, vrais et cohérents, définissant de manière simple un nouveau paradigme qui intégrerait les mutations de la troisième révolution industrielle. Il faudra peut-être encore du temps avant cette régénération. Espérons toutefois que cette attente ne verra pas vaincre les forces populistes qui ont déjà réussi leurs avancées en Angleterre ou aux Etats-Unis. Ils veulent tous être Macron et il n’y en aura certainement qu’un… Nous attendons toujours de le découvrir et qu’il se mette en marche!

Ils veulent tous être Macron! | L’Echo 09/08/2016

 

 

 

 

ByMartine Maelschalck

La formation des cabinets ministériels, ou comment recruter la garde rapprochée des ministres

Après une décennie à ne pouvoir placer qu’une poignée de ministres au fédéral, le MR, évincé des majorités régionales depuis 2004, s’est trouvé subitement confronté à un problème de luxe : où trouver de nouveaux ministres ? Et, plus complexe encore sur le plan numérique : comment remplir les cabinets ministériels d’attachés et de conseillers dévoués à la cause ?

Première étape : choisir les ministres. C’est la prérogative du président de parti et, dans le cas du MR depuis 2014, du Premier ministre. Pour désigner les membres d’une équipe qui ne sera aux manettes que pendant quelque 18 mois, les deux dirigeants libéraux n’ont pas voulu prendre de risques. Ils ont misé sur des valeurs sûres, quitte à ce que les heureux élus – 3 hommes sur 4, quinquas, austères – soient jugés peu glamour par l’opinion publique. Un mouvement amorcé l’an dernier, avec la nomination de François Bellot en remplacement de Jacqueline Galant. Sexagénaire, spécialiste des transports, ingénieur civil et diplômé de la prestigieuse ENA française, le ministre de la Mobilité devait rassurer par son profil de technocrate compétent. Que cette « grosse tête » soit restée aussi longtemps dans un relatif anonymat au sein de son parti, est d’ailleurs un mystère.
Pour le nouveau casting wallon, le MR a donc décidé de donner sa chance à une génération qui attendait son heure depuis plus de dix ans et qui a bien failli passer à la trappe en raison de la longue cure d’opposition du MR dans les Régions. En 2014, la nomination des ministres MR au gouvernement fédéral reflétait tant le désir de récompenser quelques fidèles grognards que celui de doser savamment les régions d’origine des nouveaux ministres, tout en tenant compte des courants qui traversent le MR (micheliens, reyndersiens, chrétiens du MCC…). Mais la crise de la gouvernance est passée par là. Et, avec elle, la méfiance grandissante de l’électeur à l’égard du politique. Pas question de se tromper : l’heure n’était pas aux coups médiatiques, aux néophytes, aux vedettes de la société civile. Surtout pour une mini-législature de 18 mois.
Les nouveaux ministres ont en commun d’être des personnalités qui ont déjà fait leurs preuves, qui ont rôdé leur connaissance des dossiers sur les bancs de l’opposition et qui ont démontré leur engagement au fil des années. C’est le cas du ministre-président Willy Borsus, un fidèle parmi les fidèles du clan Michel, ou de Valérie De Bue (Pouvoirs locaux, Logement, Infrastructures sportives), elle aussi « michelienne » convaincue. Mais désormais deux « reyndersiens » purs et durs, Pierre-Yves Jeholet (Economie, Emploi, Formation) et Jean-Luc Crucke (Budget, Energie, Aéroports), de surcroit régionalistes convaincus, ont accédé aux plus hautes marches du podium. Il est vrai qu’il aurait été délicat de les laisser de côté alors qu’ils ont assuré pendant 3 ans leur job de « pitbulls » dans l’opposition au Parlement wallon.

Un petit miracle
Deuxième étape : les cabinets ministériels. Au total, pour les quatre ministres MR du gouvernement wallon, c’est quelque 200 personnes qu’il va falloir engager, du chauffeur au directeur de cabinet, en passant par le responsable de la communication. A l’état-major du parti, c’est le branle-bas de combat. Comment réaliser ce petit miracle de constituer, à partir de rien et en quelques semaines – à la fin des grandes vacances, les cabinets devront être en ordre de marche – une équipe complète et opérationnelle ?
Paradoxalement, la difficulté n’est pas de trouver suffisamment de candidats : depuis que l’on sait que le MR revient aux affaires en Wallonie, les candidatures spontanées pleuvent au siège du parti et on fait chauffer les carnets d’adresses. Car un parti politique doit être toujours prêt à sauter dans le train en marche : les candidatures et les bons profils sont examinés tout au long de la législature et tenus à jour dans une base de données. C’est particulièrement important pour les profils de management : les chefs de cabinet, les responsables de projet… « Quand le noyau dur du cabinet est constitué, la dynamique se crée et on est étonné de voir comme le reste de l’équipe se forme rapidement », nous explique un fin connaisseur de ces processus.

Les compétences que l’on recherche pour les membres du « premier cercle » autour du ministre ? Un mélange d’expertise et de sens politique, conjugué – c’est un aspect qu’il ne faut pas négliger –, avec des compétences managériales. Il en faut, pour diriger et motiver une équipe de profils d’origines diverses et qui n’ont forcément jamais travaillé ensemble. Une bonne compréhension des processus de décision politiques est également un atout, surtout quand il ne reste que 18 mois pour engranger des résultats. C’est une des raisons pour lesquelles les ministres engagent finalement peu de gens venant directement du privé. Comment faire passer des assessments, comme dans les entreprises, alors qu’il n’y a pas de profil de fonction déterminé ?
D’une manière générale, les qualités exigées d’un membre de cabinet sont identiques quelles que soient les matières traitées : force de travail, disponibilité, capacité d’adaptation. Il n’est pas rare qu’un conseiller découvre le matin un dossier qu’il devra aller défendre le soir-même en réunion inter-cabinets.

Au moment de constituer le staff des cabinets, deux viviers seront particulièrement exploités : le recrutement interne et l’appel aux fonctionnaires. En interne, on va puiser parmi les attachés des groupes parlementaires, qui voient comme une promotion de « monter » dans un cabinet ministériel. Les fonctionnaires ont généralement l’expertise nécessaire. Encore faut-il qu’ils aient l’envie de plonger dans le tourbillon d’un gouvernement. Et qu’il y ait suffisamment de fonctionnaires étiquetés MR, ce qui n’est pas le cas à tous les niveaux de pouvoir. Car qui dit exclusion du pouvoir dit aussi extinction progressive des relais dans l’administration. Et les candidatures spontanées ? Elles sont surtout utiles pour les fonctions plus ‘junior’. Et justement, nous sommes en pleines vacances scolaires et de nombreux étudiants qui viennent de terminer leurs études en profitent pour envoyer leur CV.

Si le ministre a son mot à dire sur toute nomination au sein de son cabinet, il se repose généralement sur sa garde rapprochée pour constituer le reste de l’équipe. L’image des quatre ou cinq pionniers (le chef de cabinet, son adjoint, le secrétaire de cabinet qui fait office de DRH, le directeur de la communication…) errant dans des bureaux vides et téléphonant tous azimuts pour recruter un conseiller ou une réceptionniste n’a rien d’une caricature. Tous les « cabinettards » expérimentés vous parleront de ces quelques semaines de folie.
Dès la mi-août, les entourages seront constitués et le travail va véritablement (re)commencer. Désormais, tous ceux qui, au MR, pensaient à un portefeuille ministériel le matin en se rasant, ont obtenu satisfaction. Et des personnalités influentes satisfaites, pour un parti, c’est tout bénéfice à 18 mois des élections.   (Martine Maelschalck, Senior Advisor –  Whyte Corporate Affairs)

ByJoris Bulteel

At last, a debate about lobbying in Belgium

A lobby register for large-scale military purchases?

On 7 December, a hearing on lobbying took place in the Defence Commission. That was not by chance, because during this parliamentary term decisions are taken on some major military purchases. In Belgium, such large-scale procurement dossiers immediately call up a number of demons from the past – just think of the Agusta scandal or the so-called ‘Obussencontract’.

Specifically, the hearing was about a bill from the Groen and Ecolo environmental parties proposing to establish a transparency register. This public, online register would have to contain full details of contacts between decision-makers and lobbyists on major military purchases. Which policy-maker has contacts with which lobbyists; where, when, how and for how long they communicate with one another; what is discussed and what documentation is exchanged … In other words, a fair amount of detail.

As a lobbyist, I welcome this legislative initiative. Not because I agree entirely with the exact terms of this bill. But because it has another, important merit: for the first time, there seems to be room in Belgium for a suitably nuanced debate about lobbying.

Lobbying, essential for political decision-making

Those submitting the bill acknowledge the usefulness of lobbying. They admit that it is usual for decision-makers to seek advice and consult experts. “The more information is gathered, the better considered the decision will be.” And that is precisely what lobbying is about: it is a form of communication, whereby information is provided for policy-makers. No more, no less. Lobbyists act as the diplomats of the company or organisation they represent.

Of course, lobbying aims to defend specific interests. But for each lobby, there is a counter-lobby. Arguments for and against. It gives the policy-makers a full picture. So lobbying contributes towards the decision-making process. In times of ever greater complexity, this input has become essential. Lobbying does not impair the independence of the politician, who acquires the necessary understanding on the basis of all the information acquired, forms an opinion, tests ideas, builds support and is able to take a well-founded decision. So most politicians welcome this input.

Towards high-quality, ethically responsible lobbying

The Groen and Ecolo bill focuses on far-reaching registration. The aim is noble: maximum transparency. Registering lobbyists, as is the case at European level, can be a good thing. Taking the Dutch example, the idea of a ‘lobbying paragraph’ in law can even encourage policy-makers to consult on a sufficiently broad and balanced basis. However, the idea of detailed reports on the content of each conversation or contact raises questions. After all, diplomatic contacts or political negotiations are not held in public. Two risks emerge. Firstly: companies and other organisations may rein back on sharing expertise or ideas, which detracts from the quality of the policy. A second risk is that communication between policy-makers and stakeholders is driven down into an underground circuit. In both cases, the transparency register would result not in more, but in less transparency.

On the other hand, the bill does not go far enough, because it says nothing about deontology and it is limited to defence. And that is more than worth discussing. Lobbyists and politicians benefit from high-quality, ethically responsible lobbying. Lobbyists must abide by the basic rules of the profession, such as being transparent about the interests they represent, guaranteeing that the information they provide is accurate and demonstrating unconditional professionalism. Because yes, lobbying is a profession.

Joris Bulteel
Partner

ByJoris Bulteel

Eindelijk een debat over lobbying in België

Een lobbyregister voor grote legeraankopen?

Op 7 december vond in de Commissie Defensie een hoorzitting over lobbying plaats. Geen toeval, want in deze legislatuur wordt er beslist over enkele grote legeraankopen. In België roepen zo’n grote aankoopdossiers meteen enkele demonen uit het verleden op – denken we aan het Agustaschandaal of het obussendossier.

Precies onderwerp van de hoorzitting is een wetsvoorstel van Groen en Ecolo, dat voorziet in een transparantieregister. In dit publiek en online register zou je alle details moeten kunnen terugvinden over contacten tussen besluitvormers en lobbyisten inzake grote legeraankopen. Welke beleidsmaker heeft contact met welke lobbyisten; waar, wanneer, hoe en hoe lang communiceren ze met elkaar; wat wordt er besproken en welke documentatie wordt er uitgewisseld … Behoorlijk veel details dus.

Als lobbyist verwelkom ik dit wetgevend initiatief. Niet omdat ik het volledig eens ben met de precieze modaliteiten van het wetsvoorstel. Wel omdat het een andere, belangrijke verdienste heeft: voor het eerst lijkt er in België ruimte voor een genuanceerd debat over lobbying.

Lobbying, essentieel voor de politieke besluitvorming

De indieners van het wetsvoorstel erkennen het nut van lobbying. Ze geven aan dat het normaal is dat besluitvormers adviezen inwinnen en deskundigen raadplegen. “Hoe meer informatie wordt vergaard, hoe weloverwogener de beslissing zal zijn.” En dat is precies waar lobbying om gaat: het is een vorm van communicatie, waarbij aan beleidsmakers informatie wordt verstrekt. Niet meer, niet minder. Lobbyisten fungeren als de diplomaten van de onderneming of organisatie die ze vertegenwoordigen.

Natuurlijk is lobbywerk gericht op het verdedigen van specifieke belangen, maar voor elke lobby bestaat er wel een tegenlobby. Woord en wederwoord, het geeft beleidsmakers een volledig beeld. Lobbywerk draagt dus bij tot de besluitvorming. In tijden van alsmaar toenemende complexiteit, is deze input onontbeerlijk geworden. Lobbying doet geen afbreuk aan de onafhankelijkheid van de politicus, die op basis van alle verworven informatie de nodige inzichten verwerft, een mening vormt, ideeën aftoetst, draagvlak opbouwt en een gefundeerde beslissing kan nemen. De meeste politici zijn dan ook vragende partij voor deze input.

Richting kwaliteitsvol en deontologisch verantwoord lobbywerk

Het wetsvoorstel van Groen en Ecolo focust op een verregaande registratie. De doelstelling is nobel: maximale transparantie. Het registreren van lobbyisten, zoals het geval is op Europees niveau, kan een goede zaak zijn. Naar Nederlands voorbeeld kan de idee rond een ‘lobbyparagraaf’ in wetgeving zelfs een aanmoediging zijn voor beleidsmakers om voldoende breed en evenwichtig te consulteren. Het gedetailleerd rapporteren van de inhoud van elk gesprek of contact, roept echter vragen op. Diplomatieke contacten of politieke onderhandelingen voer je toch ook niet op de stoep? Twee risico’s dienen zich aan. Ten eerste: ondernemingen en andere organisaties kunnen op de rem gaan staan om expertise of ideeën te delen, wat nadelig is voor de kwaliteit van het beleid. Een tweede risico bestaat erin dat de communicatie tussen beleidsmakers en belanghebbenden naar een ‘underground’ circuit verdreven wordt. In beide gevallen zou het transparantieregister niet tot meer, maar tot minder transparantie leiden.

Anderzijds gaat het wetsvoorstel niet ver genoeg, omdat het niets zegt over deontologie en omdat het zich beperkt tot defensie. En dat is een debat meer dan waard. Lobbyisten én politici zijn gebaat bij kwaliteitsvol en deontologisch verantwoord lobbywerk. Lobbyisten moeten de basisregels van het vak respecteren, zoals transparant zijn over het belang dat ze vertegenwoordigen, garanderen dat ze correcte informatie verstrekken en onvoorwaardelijk blijk geven van professionalisme. Want jawel, lobbying is een vak.

Joris Bulteel
Partner

12